Histoire

Si le passé abbatial de la ville représente la plus grande page de son histoire, bien d'autres épisodes ont marqué de leur empreinte la commune.

On ne peut évoquer le nom de Marchiennes sans tout de suite penser à son abbayePorte d'entrée de l'abbaye de Marchiennes bénédictine fondée au 7ème siècle.

C’est en effet 630 que l’abbaye fût fondée par Adalbaud, comte de Douai. Puis, à sa mort, sa femme Rictrude, une aristocrate d’Aquitaine, se retira au monastère. Elle y créa un monastère de femmes qui cohabita jusqu’en 1024 avec l’abbaye bénédictine des hommes.
 

Parallèlement, la ville et son monastère subirent à la fin du 1er millénaire de nombreuses invasions normandes. Flamande depuis 863, l’Abbaye dépendra du Comté de Flandre jusqu’au 13ème siècle lors duquel elle passa au Royaume de France.

Marchiennes connut d’autres fléaux comme la Peste Noire qui décima plus du tiers de la population en 1349. Puis la Ville passa sous la domination des Ducs de Bourgogne à la fin du 14ème siècle, puis dépendra de la Maison d’Autriche pendant deux siècles. 

La Renaissance fut marquée à Marchiennes par le passage de l’abbé Jacques Coëne, de 1501 à 1542, qui restaura l’Abbaye. Sous Louis XIV, la ville, alors sous domination hollandaise depuis 1710, retourna aux Français après le siège de juillet 1712, retour définitif signé en 1713 lors du Traité d'Utrecht. Pendant ce siège, l’Abbaye subit alors de nouveaux dommages et fut en grande partie reconstruite au 18ème siècle par l'abbé François Hay.


Deux ans après la révolution française, soit en 1791, elle connut un démantèlement définitif, les moines quittant l’abbaye pour se réfugier à Cysoing.

Clocher de l'église Sainte-Rictrude Clocher de l'église Sainte-Rictrude  © Office de Tourisme de Marchiennes Située sur la place Charles de Gaulle, l’Eglise paroissiale, de style néo-classique, fut quant à elle construite en 1811.

Au cours des 19ème et 20ème siècles, Marchiennes se relève et voit son industrie se développer (verrerie, sucrerie, tréfilerie, scierie…).

Une mine de charbon, la fosse Sainte Barbe, vit également le jour à cette époque. Elle fut rendue célèbre par l'écrivain Emile Zola qui la cita quarante huit fois dans son roman Germinal.

Les deux guerres mondiales causeront à la ville des dommages dont elle aura du mal à se relever. 

En-dehors de l’histoire de son Abbaye, Marchiennes compta d’illustres personnages tels les frères Corbineau. Celui qui marqua le plus les mémoires fut Jean-Baptiste-Juvénal, Général dans l’armée de Napoléon. En 1812, en pleine retraite de Russie, il contribua à sauver la Grande Armée en découvrant le passage à gué de la Bérézina. Mais également, Félix Labisse, grand peintre surréaliste né à Marchiennes en 1905, dont certaines reproductions de ses œuvres se trouvent au Musée d’Histoire locale.
Le Géant Pelotin Le Géant Pelotin  © Ville de Marchiennes
Il est intéressant de souligner, que sur un plan sportif, Marchiennes connut son heure de gloire peu avant la deuxième guerre mondiale en remportant plusieurs titres nationaux dans la discipline du jeu de paume. Le géant Pelotin, devenu l'emblème de la commune, fut créé en 2010 pour rendre hommage à ce passé glorieux.

Par ailleurs, de nombreuses associations de tout type, pour tout âge, sportives et non sportives, contribuent également au dynamisme de la commune en proposant divers événements tout au long de l'année. On peut citer, entre autres manifestations, "L'Europe à Pétanque", le "Semi-Marathon", la "Fête du 1er mai", "Le Run and Bike", les commémorations militaires, ou d'autres animations comme celles proposées dans le cadre de la Nuit Européennes des Musées ou les Journées Européennes du Patrimoine, les brocantes, les animations pour la jeunesse, les repas dansants, les soirées à but caritatif... 

Aujourd’hui, Marchiennes, qui compte 4736 habitants, s’étend sur plus de 2000 hectares dont une forêt domaniale occupe 800 hectares. La Ville fait partie du Parc Naturel de Scarpe-Escaut ainsi que de la Communauté de Communes Cœur d’Ostrevent.
 
Marchiennes est aujourd’hui résolument tournée vers l’avenir et, sûre de son potentiel, souhaite développer son offre touristique et culturelle.

Téléchargez la brochure d'accueil ici